Didier Louis
Revue de presse

On achète bien les chevaux

Le Nouvel ObservateurLe dernier investissement à la mode? La part de cheval de course. Mais attention : ce placement peut, lui aussi, être risqué. … La passion, maître mot du monde équestre ? Didier Louis, courtier en trotteurs, y met un bémol. « Non, on n’achète pas un cheval de course par passion de l’animal. C’est du business ».

Extrait Nouvel Observateur n°1986 – Économie

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous nous assurons que vous êtes d’accord avec cela. Accepter En savoir +