Didier Louis

Un champion international, comme on n’en fait plus beaucoup aujourd’hui; triple vainqueur de Groupe I, en France et en Scandinavie, il compte 1,5 million d’euros de gains; précoce et vite – il courut la bagatelle de dix courses à 2 ans!, il a su durer et, même, s’épanouir avec l’âge, affichant vingt et une victoires. La lignée mâle de Star’s Pride et Florestan, via l’un de ses vecteurs les plus améliorateurs, celui de Baccarat du Pont, à l’image de Davidson du Pont.

Des consanguinités très intéressantes, sur Euripide (5x5x4), sur Jalna IV (5×5), génitrice de Roquépine, et sur sa mère, Sa Bourbonnaise (6x6x6); exempt du sang de Speedy Crown et Sharif di Iesolo, il n’est que peu imprégné de ceux de Kerjacques et Fandango, voire de Carioca II : les possibilités de croisement en sont d’autant plus nombreuses. Un magnifique cheval noir, racé et « près du sang », avec du cadre.

Une production d’emblée classique, avec le précoce First Daïdou, gagnant du Prix Félicien Gauvreau (Gr. II) et placé du Saint-Léger des Trotteurs (Gr. I) ; plus de 50 % au 24 octobre 2018 de qualifiés dès cette première année.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous nous assurons que vous êtes d’accord avec cela. Accepter En savoir +